La NBA mouille le maillot

LeBron largement au-dessus (ici en playoffs en 2009) mais l'écart se réduitLa NBA, à partir de 2017, inaugurera la présence de sponsors et de leurs marques sur le maillot de ses franchises. Une révolution dans le monde du basket US qui s’y refusait jusqu’ici. Sans pour autant en être une véritable surprise après la négociation à la hausse des droits télévisés, la nouvelle volonté de la NBA d’accroître les revenus de la ligue a poussé son état-major à remettre en cause la sacro-sainte tunique des joueurs…

nba-hd-wallpapers-2014La NBA a officialisé depuis 2014 la vente de ses droits TV pour un nouveau montant record. Une évolution possible grâce à l’arrivée de nouveaux diffuseurs, à l’image du trio ESPN, ABC et TNT. Ce deal, qui sera effectif à partir de la saison 2016/2017, a été monnayé 19 milliards d’euros sur une période de 9 ans, soit 2,1 milliards chaque année, le triple du montant actuel. Une somme record pour la ligue mais qui reste tout de même très éloigné des 3 milliards d’euros touchés par la NFL chaque année.

Les droits TV de la NBA s’envolent… les revenus suivent pour les franchises

Le meilleur joueur de l'histoire de la NBA ?
Le meilleur joueur de l’histoire de la NBA ?

Concrètement, à l’exception d’un service de streaming qui devrait faire son apparition, pour regarder n’importe quels matches de la saison régulière sur internet, rien ne devrait changer pour les téléspectateurs américains. Ils regarderont toujours la finale sur ABC, les matches en prime-time du jeudi, le All-Star Game et la majeure partie des playoffs sur TNT et les matches de la saison régulière sur ESPN ou TNT.

La vraie révolution est donc ailleurs : elle tient à la valorisation attendue du feuilleton que propose la NBA aujourd’hui, avec les splash brothers de San Francisco et la valse des free agents qui se profile pour les deux saisons à venir. Une véritable révolution quand on pense aux sommes dépensées à l’orée des années 1980 pour une NBA exsangue.

Une visibilité plus large pour les partenaires

Passation de pouvoir entre deux légendes du jeu: le vétéran Bryant et l'avenir de la NBA, Stephen Curry.
De Bryant à Curry, la NBA vit sa révolution.

Outre cette hausse des revenus, une autre révolution s’apprête à prendre forme. Celle-ci concerne l’arrivée des marques sur les maillots des joueurs. Certes, ces dernières n’orneront pas le torse des joueurs et devront se contenter d’un mini-emplacement sur la manche gauche de chaque tunique. 6,35cm sur 6,35cm, l’équivalent d’un écusson. Une nouvelle qui a fait l’effet d’un petit “big-bang” pour le basket-ball aux États-Unis.

Par ailleurs, les sponsors font ainsi une entrée remarquée bien que leur influence réelle reste, à l’heure actuelle, aléatoire. Même si certains osent espérer une percée du merchandising, leur discrète présence sur quelques maillots d’échauffement touche à sa fin et la perspective d’accroître leur visibilité, devient une vraie opportunité.

L’internationalisation des sponsors, un atouts pour le développement de la NBA

Un tel changement ne va pas sans une réflexion globale. C’est, en tout cas, la volonté du commissaire de la NBA, Adam Silver, qui prône l’ouverture aux marques internationales. Une démarche qui explique notamment la présence du constructeur sud-coreén, Kia, sur les tuniques portées par les joueurs du dernier All-Star Game. Comparé aux autres sources de revenu de la ligue, ce contrat n’est qu’une goutte d’eau pour les trente franchises NBA.

“Ça va être une rentrée d’argent, mais ça ne va pas être une rentrée d’argent majeure pour les franchises.”
Vincent Chaudel, spécialiste de l’économie du sport au cabinet Kurt Salmon.

Nike reprend la main

LeBron-James-fond-ecran-wallpaper-6Sans représenter une manne considérable avec un contrat de 100 millions de dollars (88 millions d’euros) à se répartir à trente, l’amorce d’un plan global de sponsoring est en marche. Une démarche qui va de pair avec la fin du partenariat lié avec Adidas et la reprise du pouvoir en NBA par Nike à partir de la saison 2017-2018 et jusqu’en 2025. En effet, après avoir enrôlé à vie la star des Cavaliers, LeBron James, la firme de Beaverton s’engage à plein dans le basket. Sport majeur et historique pour la marque de l’Oregon avec le football, le basket NBA redevient donc un levier majeur de son développement, ce qui arrange bien le board de la ligue !

More money, more problems ?

Reste maintenant à faire accepter aux fans, la présence de sponsors sur leurs maillots. Une gageure quand on sait que le choix sera laissé aux franchises de mettre ou non un sponsor sur leurs tuniques et que les maillots seront disponibles en deux versions…

Yvon Marcellin, Hugo Quesne, Valentin Laurent, Kévin Guisnel et Jean-Baptiste Guégan

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE