Faites briller le produit pas la Ligue !

La guerre est déclarée entre Thiriez et Aulas - Franck FIFE/AFP
La guerre est déclarée entre Thiriez et Aulas – Franck FIFE/AFP

Les annonces récentes du président de la LFP témoignent de la volonté de mettre en place une ligue fermée pour sécuriser les investissements des propriétaires de clubs. Et si la solution n’était pas du côté de la Ligue mais dans l’amélioration du produit Ligue 1 à l’image de la Premier League ?

Plus que deux montées et deux descentes entre Ligue 1 et Ligue 2 a annoncé le président de la LFP, Frédéric Thiriez à la suite du conseil d’administration la semaine dernière. Certains y voient une manière de contrer Jean-Michel Aulas, en croisade ces derniers temps contre des décisions qu’il juge contraire aux procédures, un pare-feu au moment où la gouvernance de la Ligue est remise en cause.

Cette décision, portée par Thiriez, s’inscrit surtout dans sa volonté de faire de la Ligue 1 une ligue fermée sur le modèle américain. Une manière de sécuriser les revenus des clubs à l’image des franchises outre-Atlantique. Un souhait qui passerait par l’abandon progressif des relégations donc et par la réduction éventuelle du nombre de membres de l’élite pour que la part de revenus par club augmente.

Un petit regard outre-Manche M.Thiriez !

Pour faire grossir le gâteau des droits TV et donner plus de moyens aux clubs de Ligue 1 sans que les investisseurs aient besoin de mettre la main à la poche, il faut travailler le produit Ligue 1 avec la Premier League pour modèle. Outre-Manche, la Ligue produit elle-même son contenu, décide du format et « impose notamment le placement des caméras et l’éclairage comme le rappelle Mathieu Lille-Palette d’Opta Sports. Qu’on soit Manchester United ou Bournemouth, on n’échappe pas à la règle mais la Premier League prend en charge les coûts d’installation. »

Cette force marketing, cette « uniformisation de l’expérience » produit permet aujourd’hui, en partie, à la Premier League d’atteindre des sommes de droits TV records, loin devant la Ligue 1. La mise en scène du produit est totale : les interviews répondent aussi à un cahier des charges précis (costume, pas d’écouteurs). Cette politique d’uniformisation a permis à la Ligue britannique d’émerger dans ce marché du divertissement footballistique très concurrentiel.

Les détracteurs du championnat anglais pointent déjà la standardisation. On s’ennuierait devant des matchs qui, produits de la même manière, se ressemblent trop. On entend la critique mais, vu d’où part la Ligue 1, il est grand temps de s’inspirer des Britanniques pour redorer l’image de la Ligue 1. La LFP doit aussi s’inspirer de sa locomotive PSG qui ne laisse rien au hasard sur sa communication. Une stratégie payante pour entrer dans la cour des grands.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE