Sophie Kamoun, communicante multifacettes

Consultante pour Eurosport lors des championnats de France en 2013 à Rennes
Consultante pour Eurosport lors des championnats de France en 2013 à Rennes

L’ESJ Paris recevait mercredi Sophie Kamoun, consultante pour Eurosport, ancienne championne de natation et ancienne directrice de la communication de Nike. Aujourd’hui à la tête de deux entreprises dans la communication sportive, elle s’occupe notamment de Yannick Agnel. Portrait d’une femme qui jongle sans cesse avec ses différentes casquettes.

Malgré une extinction de voix, elle s’épanche sur son quotidien et se rappelle une autre époque, celle où elle nageait et touchait à peine « 4000 francs de prime de la Fédération et 500 francs d’Arena. Suffisamment en tout cas pour acheter un chappy (scooter) ! » Manière déjà de communiquer indépendance et liberté ?

Une époque qui paraît loin  aujourd’hui pour la championne de France de natation reconvertie. Elle s’occupe désormais de deux entreprises dans la communication, créées en 2009, dont une porte son patronyme : Sophie Kamoun communication pour les relations presse et July 29 qui gère l’image de ses sportifs.

Francis Luyce et des portes qui s’ouvrent

Son entrée dans le monde de la communication sportive, elle le « doit à Francis Luyce, le président de la Fédération française de natation qui lui a demandé de l’aider à créer un département communication. Une mission apprise sur le tas auprès des journalistes pour ensuite aller vendre l’invendable, à l’époque où la France fait zéro médaille aux JO de 1996. » La natation souffre alors d’un manque de médiatisation et cela lui permet de continuer à voyager avec l’équipe de France, où nage encore « ses potes ».

Son passage chez Nike où elle deviendra directrice de la communication, côtoyant nombre de sportifs et d’agents et « vingt deux ans comme consultante chez Eurosport » ouvre pas mal de portes. Son but de « travailler dans la communication pour une grosse entreprise de sport comme elle le confie dans une interview à l’époque » est en tout cas largement exaucé.

« Un petit jeune, Mikado comme il s’appelait lui-même » appelé Yannick Agnel

Elle « repère un petit jeune de 17 ans qui arrive dans les bassins lors des championnats de France de 2009. » Elle lui recommandera d’abord un agent avant de s’occuper elle-même de Yannick au sein de sa nouvelle structure.. Un nageur qui « devenu champion olympique, tout comme Camille Muffat, lui fait vivre six mois de folie et d’euphorie au retour de Londres ».

Sollicitée encore de toute part elle se bat pour les marques auprès des journalistes et médias. Mais elle-même doit parfois restreindre sa communication : lors de grands championnats, en tant que consultante pour Eurosport, « elle doit garder toute objectivité dans ses commentaires ». Pas de promotion de ses nageurs. 

Elle laisse donc ses casquettes de businesswoman aux vestiaires pour s’immerger dans le monde des médias « qui l’a toujours fascinée ». Championne de natation déjà elle montait déjà en tribune de presse et s’entretenait parfois avec les réalisateurs lors des événements sportifs. Une adepte de l’image.

Credit photo : Ouest France / Marc Ollivier

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE