Quel avenir pour Isabelle Ithurburu ?

Des matches amicaux de Top 14 à Biarritz

Vendredi dernier, Thierry Moreau, un des chroniqueurs vedettes de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste annonce sur son compte Twitter qu’Isabelle Ithurburu animera prochainement sur D17 Adam à la recherche d’Eve, une émission de speed-dating nu. Celui qui est également le directeur de Télé7jours, vient bel et bien de commettre un impair en confondant Isabelle Ithurburu et Caroline Ithurbide, la pimpante animatrice de D8. Cette boulette, qui a très vite enflammé Internet et les réseaux sociaux, révèle bien la popularité de la présentatrice du Groupe Canal+ qui va bien au-delà des frontières de l’Ovalie.

Pourtant, qui aurait pu imaginer que l’ascension de cette béarnaise, arrivée presque par hasard en 2009 sur les antennes du Groupe Canal+, ait été si rapide ? En effet, après des débuts remarqués sur Infosport+ puis une promotion en 2011 sur Canal, Isabelle Ithurburu a largement répondu aux attentes placées en elle et a imposé sa griffe au point de devenir tout simplement incontestable auprès des abonnés de Canal+ et des supporters de rugby.

Aujourd’hui, il n’est donc pas surprenant de se poser des questions quant à son avenir. Dotée d’un capital sympathie très important, surtout auprès des fans de sport, Isabelle Ithurburu est une étoile montante de l’audiovisuel français et sa carrière devrait logiquement la propulser vers de nouveaux sommets bien au delà des pelouses.

TeamSportEco, après avoir étudié la carrière de quelques consoeurs et confrères du sérail, lui propose quelques modèles de carrière à emprunter et surtout leur probabilité d’accomplissement.

dd

Estelle Denis (85%)

Estelle Denis, un poker à Las Vegas

Journaliste de formation, Estelle Denis a fait son trou dans le monde du football en côtoyant diverses rédactions (France2, InfoSport, TF1, TPS, RTL). En 2005, celle qui a imposé son style en plateau ou sur les pelouses voit sa carrière boostée lorsque M6 lui confie les manettes de l’émission 100% Foot qui deviendra très vite culte. Peu à peu, elle délaisse le ballon rond et se consacre à des sujets plus larges notamment au magazine quotidien d’actualités 100%Mag ou diverses émissions sur le poker dont elle est une adepte invétérée. En 2012, comme on pouvait s’y attendre, Estelle Denis quitte M6 pour TF1 où elle se voit confier des prime times de variétés (Splash, Samedi soir on chante, The Best, etc.).

L’avis de TeamSportEco : Isabelle Ithuruburu ne passera pas toute sa carrière sur les pelouses du Top14. L’expérience acquise ces dernières années aux manettes des émissions qu’elle animait (La Séance Rugby, Jour de Rugby, Samedi Sport, etc.), en interviewant les acteurs du rugby et son potentiel lui donnent la crédibilité pour aller voir ailleurs. Il ne serait donc pas surprenant de voir Isabelle Ithurburu animer une émission plus généraliste, plus proche de la cible « grand-public » sur Canal+ ou sa petite sœur D8 voire sur une chaîne concurrente (TF1, M6 ou France Télévisions) d’autant plus que la Miss Pau-Béarn (2001) a déjà fait une brève apparition dans la Nouvelle Star, le télé-crochet sur M6 en 2007.

Autre similitude avec Estelle Denis, la vie privée, terrain où TeamSportEco n’ira pas trop s’aventurer. Tout le monde connaît l’idylle de cette dernière avec Raymond Domenech, ancien sélectionneur des Bleus et finaliste de la Coupe du Monde 2006. L’anecdote retiendra qu’Isabelle Ithurburu est mariée avec Gonzalo Quesada, entraîneur actuel d’un Stade Français retrouvé, qui fut présent dans le staff français lors de l’épopée de 2001 en Nouvelle Zélande. Aujourd’hui, des rumeurs désigneraient même Quesada, si la Fédération Française de Rugby autorisait les sélectionneurs étrangers, comme successeur de Philippe Saint-André. Une coïncidence ?

dd

Darren Tulett (65%)

Darren Tulett: «Mon nouveau défi sur beIN Sport»

Après plusieurs expériences journalistiques plus ou moins réussies entre la France et l’Angleterre, Darren d’Angleterre perce sur Canal+ grâce à L’Equipe du Dimanche animée à l’époque par Hervé Mathoux. A partir de 2002, celui qui se distingue par son look à la Austin Powers – très haut en couleurs, vintage british – va au fil des saisons devenir une valeur sûre de la chaine cryptée et de ses programmes sportifs. En 2012, patatra ! Darren Tulett quitte, après dix ans de bons et loyaux services, le service des sports de Canal pour rejoindre le tout nouveau concurrent, beIN Sport où il devient très vite un figure de proue.

L’avis de TeamSportEco : voir Isabelle Ithurburu débarquer en grande pompe sur beIN Sport n’est pas improbable. En effet, il est de notoriété publique que Canal+ et la chaîne qatarie se livrent une guerre acharnée afin de devenir la première chaîne sportive payante française. BeIN, challenger, se fait de plus en plus insistant en acquérant raflant toujours plus de droits de retransmission d’évènements sportifs mais également en débauchant les journalistes et consultants de la chaîne d’Issy-les-Moulineaux. Depuis peu, la chaîne du Qatar lorgne sur le rugby, chasse gardée de Canal+ depuis presque 30 ans. Les qataris viennent en effet de rafler les droits de la Coupe d’Europe et titille également l’hégémonie de Canal sur le Top14. Le recours à l’Autorité de la Concurrence pour redistribuer les cartes de l’appel d’offres des droits du championnat français est un sérieux avertissement ! Attirer Isabelle Ithurburu serait donc pour beIN une prise de guerre symbolique et décisive qui porterait un coup dur à la chaîne cryptée !

dd

Nathalie Ianetta (50%)

Nathalie Iannetta, journaliste sportive sur Canal+.

Pour beaucoup d’entre nous, c’est la référence ! Après une licence d’histoire et une maîtrise en sciences politiques puis une rapide expérience au Républicain de l’Essonne, Nathalie Ianetta débarque à la rédaction de Canal+ en 1995. Sur la chaîne cryptée, le football devient vite son terrain de prédilection où elle enchaîne les apparaitions diverses et variées à tel point qu’aujourd’hui son visage est gravé dans l’esprit des téléspectateurs de la Ligue1 ou de la Ligue des Champions. Polyvalente, pendant ses vingt années chez Canal+, elle a su sortir de sa zone de confort. On la voit notamment aux côtés d’Emmanuel Chain, d’Alexandre Devoise ou de Maïtena Biraben mais c’est en animant la matinale sur I-télé (et parfois sur Canal+) qu’elle étonne et se distingue. En 2014, une nouvelle fois à la surprise générale, cette proche de François Hollande est nommée conseillère auprès du Président de la République sur les dossiers liés au sport et à la vie associative. 

L’avis de TeamSportEco : alors Isabelle Ithurburu est-elle la prochaine Nathalie Ianetta ? Factuellement, pas pour l’instant. En effet, la chaîne cryptée a préféré Marie Portolano pour être la touche féminine de la Rédaction football avec notamment la co-présentation du Canal Football Club. Par ailleurs, la  transfuge de BeIN Sport reprendra également la suite de Samedi Sport et cela aux côtés d’Isabelle Ithurburu qui reste fidèle au poste.

Cependant, tout n’est pas perdu pour notre Béarnaise mais elle devra forcer son talent et prendre des risques. Pour cela, nous lui conseillons plutôt d’imiter la voie prise par une de ses consoeures. Isabelle Moreau, après avoir percé sur l’Equipe TV, intègre le Groupe Canal en 2005 et enchaîne les apparitions : L’Equipe du dimanche, Fabulous Sport, les JO de Pékin et enfin le Canal Football Club. A l’été 2011, elle rejoint I-Télé où elle co-anime successivement différentes tranches horaires d’informations (soirées du week-end, Matinale week-end, 5h-7h en semaine). Pour Isabelle Ithurburu, ce ne sera pas un chemin facile mais nous sommes persuadés qu’elle a plus d’une corde à son arc. Et qui saît, peut-être la reverrons nous dans quelques années aux côtés d’un (ou d’une) Ministre des Sports ou sur une liste électorale pour la Mairie de Paris (ou Pau) ?

dd

Cédric Beaudou (25 %)

Cedric Beaudou, c’est un peu, avec Mathieu Lartot, la nouvelle génération du rugby sur France TV. Adieu les Salviac, Abeilhou & Cie, bonjour les nouveaux visages. Au fil des matchs du Tournoi des VI Nations et de HCup, Cédric Beaudou, l’homme de terrain, a imposé son style. Aujourd’hui, l’intéressé délaisse un peu le bord des pelouses en passant côté coulisses. Rédacteur en chef de la section rugby chez France TV Sports, c’est lui qui est désormais aux manettes de l’éditorial rugbystique sur la chaîne publique. En parallèle, ses nouvelles fonctions semblant lui laisser un peu de temps car Cédric Beaudou est aussi chroniqueur dans l’émission quotidienne de Stéphane Bern, Comment ça va bien, sur France 2. Il est l’expert sport et présente toutes sortes de sports et teste différents produits liés à la pratique sportive.

L’avis de TeamSportEco : la voie de Cédric Beaudou inspirera-t-elle Isabelle Ithurburu ? Oui, bien entendu, elle a le talent et les compétences pour intervenir dans ce type d’émissions où les chroniqueurs sont légion ! On peut l’imaginer rejoindre la bande de Laurence Ferrari ou de Cyril Hanouna sur D8 voire tenter l’expérience sur une chaîne concurrente. Mais, à notre avis, dans ce cas, nous ne la voyons pas délaisser les terrains de rugby pour un second rôle dans une émission. A la limite, elle pourrait cumuler les deux casquette set pourquoi pas intervenir ponctuellement sur les créneaux en clair de Canal+. Chiche le Grand Journal aux côtés d’Antoine de Caunes ?

dd

Pascal Praud (10%)

Pacal PRAUD

Après une longue carrière passée aux services des sports du Groupe TF1 (Téléfoot), ce quinquagénaire diplômé de l’ESJ Paris est aujourd’hui le Monsieur Foot d’I-Télé et de RTL (en reprenant notamment le rôle du retraité Eugène Saccomano dans On refait le match).

Par ailleurs, Pascal Praud, entre 2008 et 2010, est passé de l’autre côté de la barrière en devenant Directeur Général délégué du Football Club de Nantes, en charge de la communication et du marketing. En mars 2010, face aux nombreuses critiques provenant notamment du monde du monde du football, alors que les Canaris sont aux portes du National, Praud quitte prématurément ses fonctions et retourne donc à sa carrière de journaliste sportif.

L’avis de TeamSportEco : Dans les pas de Pascal Praud, on peut très bien imaginer qu’un jour, Isabelle Ithurburu, cette passionnée du Sud-Ouest et du rugby, franchisse également le Rubicon et s’implique dans le club de son cœur qu’elle suit assidument : la Section Paloise! Avouez-le, Isabelle Ithurburu, Directrice de la Communation d’un club de rugby professionnel, ça en jetterait ! Mais attention, l’exemple de Pascal Praud, ou même celui éphémère de Pierre Menès à Reims incitent à la plus grande vigilance. Le journaliste sportif qui a longtemps commenté et critiqué est alors attendu au tournant et le droit à l’erreur est très limité

dd

Comme ses cinq confrères, nous pouvons imaginer qu’Isabelle Ithurburu aura des envies d’évolution. Un journaliste sportif a besoin de bouger, de nouveaux challenges, de peur de s’installer dans une routine qui n’est bonne ni pour l’employeur, ni pour le téléspectateur, ni pour le chroniqueur. Isabelle Ithurburu risque donc de bouger à moyen terme et là, le champ des possibles semble assez vaste : rester dans le domaine du sport ou biffurquer vers l’information, le reportage ou les variétés ? Jurer fidélité au Groupe Canal ou tenter l’aventure sur une autre chaîne ? S’essayer sur les ondes radio ? Ce qui est sûr : Canal+ est une très bonne école et ses talents sont souvent très courtisés. Les choix opérés devront donc être sages et judicieux. En effet, beaucoup de jeunes pousses prometteuses à qui on prédisait un avenir doré ont trop vite brulé leurs ailes à cause de décisions hasardeuses, trop ambitieuses ou trop décalées.

dd

Sources : L’Equipe, Sud-Ouest, BeIN Sports, TF1, France Télévisions, M6, En pleine lucarne, Wikipedia

Crédit photo : Pascall Allée pour Sud-Ouest / Stéphane Grangier / Icon Sport / France Télévisions / BeIN Sport / Nils HD TF1

Benchmark et analyse : TeamSportEco

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE